Loi Helms-Burton : instrument de la reconquête néocoloniale de Cuba

« En 1953, la famille cubaine avait un revenu de six pesos par semaine. 15 à 20% de la population active subissait un chômage chronique. (…)
Auteur: Elier Ramirez Cañedo | informacion@granmai.cu
24 février 2020 10:02:57

(suite…)

Personne n’est mieux placé que nos travailleurs pour proposer des solutions

Face au renforcement du blocus contre notre pays par le gouvernement des États-Unis, il n’est pas de tâche plus importante pour le mouvement syndical que de faire en sorte que le Plan économique 2020 soit exécuté avec succès

14 janvier 2020 08:01:15

Personne n’est mieux placé que nos travailleurs pour proposer des solutions et tirer le meilleur parti des ressources dont nous disposons, car ce sont eux qui se trouvent sur les lieux de production, a déclaré Ulises Guilarte. Photo: Freddy Pérez Cabrera

PINAR DEL RIO. — « Face au renforcement du blocus contre notre pays par le gouvernement des États-Unis, il n’est pas de tâche plus importante pour le mouvement syndical que de faire en sorte que le Plan économique 2020 soit exécuté avec succès », a déclaré Ulises Guilarte de Nacimiento, membre du Bureau politique du Parti et Secrétaire général de la Centrale des travailleurs de Cuba (CTC), lors de la réunion de bilan d’activités du syndicat, à Pinar del Rio.

Personne n’est mieux placé que nos travailleurs pour proposer des solutions et tirer le meilleur parti des ressources dont nous disposons, car ce sont eux qui se trouvent sur les lieux de production, a-t-il dit.

D’où l’énorme intérêt de la participation des collectifs de travail à la discussion du plan. «  Il s’agit d’un processus qui doit aboutir à des contributions de la part des travailleurs », a-t-il indiqué.

En ce sens, il a fait remarquer qu’il existe des entreprises où les rapports présentés aux assemblées sont essentiellement technocratiques et ne contribuent pas à illustrer où se trouve les potentialités. « Si cela se passe ainsi, c’est parce que le syndicat le permet. Mais de cette façon, nous manquons de crédibilité auprès de nos adhérents », a-t-il dit.

Selon Guilarte de Nacimiento, le mouvement syndical cubain est un bastion de soutien et d’engagement envers la Révolution, ce qui doit s’exprimer par des résultats qui contribuent au bien-être de notre peuple dans tous les domaines. À cet égard, il a insisté sur la nécessité de renforcer les enchaînements de production et de tirer davantage profit des 28 mesures adoptées en 2019 pour rendre plus souple le fonctionnement de l’entreprise d’État socialiste.

En outre, il a souligné l’importance d’une utilisation optimale des machines acquises pour encourager la production. « Nous ne pouvons pas nous permettre d’acheter du matériel pour le conserver entassé dans un coin », a-t-il ajouté.

Le Secrétaire général de la CTC a déclaré que l’atout le plus précieux du pays est le capital humain formé pendant plus de six décennies, et que cette force qualifiée doit donc être préservée, au milieu d’un contexte marqué par la faible disponibilité des intrants, des matières premières et du carburant, résultat d’un blocus économique que les États-Unis ont intensifié de façon démentielle.

SHARE facebook twitter

Ni le blocus ni les pressions n’arrêteront les Cubains

Le président a procédé à une évaluation des programmes touchant le secteur de l’énergie, des transports et des investissements dans l’industrie et le commerce

Auteur: Granma | internet@granma.cu

15 janvier 2020 10:01:13

En ce moment où l’impérialisme tente par tous les moyens d’empêcher l’arrivée à Cuba de combustibles et d’autres dérivés du pétrole comme le gaz, le président de la République, Miguel Diaz-Canel Bermudez, a passé en revue lundi le Programme énergétique, en particulier le développement du pétrole dans le pays et ses perspectives pour cette année.

Le président a appelé à utiliser davantage les sources d’énergie renouvelables, notamment la photovoltaïque, en commençant par les travaux d’installation des toitures des bâtiments qui le permettent, selon le site de la présidence.

Au Palais de la Révolution, Diaz-Canel a également pris part à la révision du Programme de relance et de développement des chemins de fer, sous la conduite du Premier ministre Manuel Marrero Cruz. À cette réunion, il a été annoncé que le plan de transport de marchandises de 2019 avait été exécuté à 91 %, bien que 852 millions de tonnes de plus qu’en 2018 aient été acheminées.

Selon le directeur de l’Union des chemins de fer de Cuba, Eduardo Hernandez Becerra, les plus grandes défaillances ont été constatées dans le transport des produits dérivés de la canne à sucre, du carburant, des aliments importés et de la farine de blé, et il a souligné qu’au cours du deuxième semestre, certains chargements qui auparavant étaient acheminés par véhicules automoteurs ont pu être transportés par chemin de fer, ce qui a conduit à une économie de carburant.

Le président Diaz-Canel a insisté sur le fait qu’il ne peut y avoir de retour en arrière compte tenu de l’impact qui a commencé à être obtenu en 2019 dans cet important secteur.

« Le transport par chemin de fer constitue une priorité pour cette année. Dans l’opération Port-Transport-Économie interne, la priorité est de transporter par rail tout ce qui peut être monté sur un train. En outre, notre pays est fait pour le chemin de fer, nous devons supprimer du poids sur nos routes », sans compter que c’est le moyen de transport le plus efficace pour l’économie cubaine, a souligné le président, selon le reportage du Journal télévisé de midi.

En ce qui concerne le transport de passagers, les trains nationaux ont exécuté le plan à 130 % – a indiqué le directeur de l’Union des chemins de fer – ce qui signifie plus de 717 000 passagers, pour une croissance de 62 %, qui a été influencée par la mise en service, à partir de la deuxième quinzaine de juillet, de trains chinois, favorisant également la qualité du service.

D’autres sujets ont été évalués comme les investissements étrangers, les exportations et l’utilisation des crédits dans les ministères du Commerce intérieur et de l’Industrie. En ce qui concerne plus particulièrement ce dernier secteur, il a été noté que le portefeuille des opportunités compte 38 projets connexes, qui sont liés notamment au rechapage et à la rénovation des pneus, à la fabrication de serviettes hygiéniques, de sacs et d’emballages souples, ainsi qu’à la réparation d’appareils de levage, de remorques et de semi-remorques.

L’investissement étranger dans le secteur industriel peut fortement contribuer au développement du pays et, en même temps, nous pouvons chercher de nombreuses alternatives pour promouvoir les exportations qui donnent vie aux industries et rapportent des dividendes, a déclaré le président Diaz-Canel, selon le site Web de la Présidence.

Les travaux en cours dans l’aciérie Antillana de Acero, l’industrie polygraphique et la nouvelle ligne de réfrigérateurs Haier qui sera installée à Villa Clara ont également été passés en revue lors de la réunion. Concernant ce dernier point, José Gaspar Alvarez Sandoval, vice-ministre de l’Industrie, a annoncé qu’une ligne de production devrait arriver de Chine qui permettra d’améliorer la qualité des réfrigérateurs fabriqués dans le pays.